Vivre la démarche synodale

Barbezieux - Baignes - Barret

Publié le 19 novembre 2021

Avec toute l’Eglise universelle et à la demande du Pape François, notre diocèse et nos paroisses sont engagées dans une démarche synodale.

Qu’est-ce que veut dire ” synodale ” ?

« Le chemin de la synodalité est le chemin que Dieu attend de l’Église du troisième millénaire. Ce que le Seigneur nous demande, en un certain sens, est déjà pleinement contenu dans le mot ‘‘Synode’’. « Sun – odos », marcher ensemble – laïcs, pasteurs, évêque de Rome – est un concept facile à exprimer en paroles, mais pas si facile à mettre en pratique.[1] » Ces mots sont ceux du pape François pour inviter toute l’Église universelle, et donc tous les baptisés dans tous les diocèses du monde, à se mettre en mouvement. Mais qu’est-ce que la synodalité ?

Avant d’être un processus fonctionnel de rencontres et de réunions, c’est probablement, et plus fondamentalement, un art de vivre de l’Église et de tout le Peuple de Dieu. Un art de vivre qui donne de se mettre ensemble à l’écoute de l’Esprit Saint, dans une attitude spirituelle active et confiante, et à l’écoute de chacun des membres du corps ecclésial. C’est l’apprentissage permanent de l’écoute et du dialogue, de la liberté de parole dans la recherche de la vérité, la franchise et la bienveillance au service de la vie de la communauté chrétienne tout entière. C’est l’attention à la parole de chacun, quelque soit son rang et sa fonction dans l’Église, puisque l’Esprit parle à chacun.

La synodalité est donc une manière de vivre et d’être dans le monde qui renvoie – et bien avant, qui prend sa source – dans la vie Trinitaire et les relations entre le Père, le Fils et l’Esprit. C’est là que se trouve le modèle relationnel de la vie de l’Église et du mode de vie de l’Église dans le monde. Ainsi, la synodalité nous emmène sur un chemin permanent de conversion personnelle et communautaire. Un chemin qui n’est pas balisé d’avance, dans une forme d’organisation précise et déjà pensée, mais qui requiert de s’ouvrir à l’inattendu de Dieu qui, à travers l’écoute des autres, vient nous toucher, nous bousculer, nous déplacer intérieurement. La synodalité est un processus, un chemin de discernement et de conversion qui vise à produire une communion missionnaire au service du monde.

Pour autant, chaque membre du Corps – Eglise déploie son propre charisme en fonction de son rôle, au service de tous. « Pour mettre en œuvre la synodalité, écrit Soeur Nathalie Becquart, sous-secrétaire au secrétariat général du Synode des Évêques, pour déployer une pastorale synodale, l’Église a besoin aujourd’hui de pasteurs formés à la synodalité qui exercent un nouveau style de leadership – que l’on peut caractériser comme un leadership collaboratif – non plus vertical et clérical mais plus horizontal et coopératif. Un leadership de service qui se traduit par un nouveau rapport au pouvoir et une nouvelle manière d’exercer l’autorité qui se conçoit comme un service de la liberté. C’est une certaine manière d’accompagner en se situant au milieu des autres, avec eux, dans une coresponsabilité qui cherche l’autonomisation et la participation de tous. Cela demande donc d’intégrer et de mettre en œuvre un sens de l’autorité vue comme une force génératrice pour libérer la liberté et non comme un pouvoir d’imposition. »[2] Mais cette conversion ne peut qu’engager seulement les leaders. Elle n’est possible que si tous les baptisés prennent part à ce processus de transformation intérieure. Elle ne peut être vécue que si chacun participe à sa façon à la vie de l’Église. 

L’enjeu de la synodalité est donc de vivre ensemble une vie de communion qui fasse signe et dise la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ jusque dans les relations fraternelles qu’elle appelle.

A l’écoute de l’Esprit Saint et de la Parole de Dieu, nous voilà engagés, ensemble, sur ce chemin de conversion permanente !


[1] Discours du Saint-Père François lors de la commémoration du 50e anniversaire de l’institution du Synode des Évêques, 17 octobre 2015

[2]La synodalité, un chemin de conversion communautaire – Nathalie Becquart, revue Christus n°270 | Avril 2021

L’invitation du pape et du secrétaire du synode à participer :
Lors d’une Assemblée Diocésaine, 3 thèmes ont été retenus en Charente :
  • L’écoute
  • La coresponsabilité dans la mission
  • Le dialogue dans l’Eglise et avec la société

Tous les paroissiens sont invités à s’exprimer sur ces trois thèmes. Soit à l’occasion de rencontre prévues (un groupe de prière, la rencontre d’une préparation d’un événement, un groupe de partage déjà constitué), soit d’une rencontre informelle, pourquoi pas en invitant des non chrétiens ou des gens loin de l’Eglise, autour d’un goûter, d’un café, d’une soirée…

Pour répondre à ces différents thèmes, une petite méthode nous est proposée par le diocèse, que l’on retrouve ici.

A vous de jouer ! Vous avez jusqu’à fin janvier pour transmettre vos contributions !

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

2 réponses sur « Vivre la démarche synodale »

monique morand dit :

Bonjour, j’aurais souhaité de tout cœur participer à cette démarche, mais je suis “en délicatesse avec mon curé” pour les mêmes raisons qui font que je ne suis pas allée aux premières rencontres au niveau de a paroisse. Y a t’il un autre biais pour participer? Merci

Benoît dit :

Bonjour,
Vous n’êtes pas obligé de passer par le curé ni même par le niveau paroissiale. Vous pouvez répondre personnellement à la démarche synodale, ou avec quelques autres, et envoyer votre contribution directement au secrétariat diocésain.
Très fraternellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact

Paroisse Barbezieux-Baignes-Barret
20 Rue Thomas Veillon, 16300 Barbezieux-Saint-Hilaire
05 45 78 01 27
paroisse.barbezieux@dio16.fr

Je recherche