Méditation du Vendredi Saint par le P. Benoît Lecomte

ActualitésHoméliesMontmoreau

Publié le 2 avril 2021

« Qui cherchez-vous ? »

Qui es-tu venu chercher aujourd’hui ?

« Voici votre roi », annonce Pilate. « Voici l’homme. » Voici l’homme-Dieu. Celui qui vient sceller l’Alliance par la croix en crucifiant avec lui la violence et la haine, le péché et la mort.

Le voilà cloué au bois, les bras grands ouverts. Écartelé, dans un accueil infini de toute l’humanité pour l’emmener avec lui au cœur de son Mystère. Rien ne lui aura échappé, pas même la trahison, l’humiliation et la souffrance.

Son pardon est plus grand.

Sa confiance en son Père décime tout. Car le Père est le Dieu de Vie et sa Parole ne déçoit pas.

Confiance aveugle. Absolue. Sans limite.

« Qui cherchez vous ? »

Qui es-tu venu chercher aujourd’hui ?

Celui, précisément, en qui nous pouvons mettre notre confiance d’une confiance qui ne décevra pas.

Celui qui est capable d’aller jusque là dans la mesure sans mesure de l’amour.

Celui qui peut descendre jusque là dans une Paix qui ne vient pas de lui mais qui nous tourne vers au-delà.

Nous sommes agités. Inquiets. Incertains. Affolés. Perdus parfois. En nos vies et ailleurs, les ordres et les contre-ordres nous déboussoles – l’on se croirait à ce faux procès où les cris succèdent aux cris. Les crises ne s’additionnent plus mais se multiplient. L’avenir est brumeux. Que sera-t-il ?

Cet homme est là. L’avenir de la croix ne semble pas l’ébranler, sa confiance est plus grande et sa confiance nous réconforte. Si lui… peut-être nous… ?

Son pardon est total.

Ce pardon que nous avons essayé de nous offrir tout au long de ces dernières semaines, fleurissant petit à petit notre carte et nos cœurs… ce pardon n’est autre que le sien, enraciné dans le sien, dans la confiance et l’avenir du sien.

Paradoxalement, la croix ouvre l’avenir. Il y est cloué et nous le sommes avec Lui, mais ces clous ne sont que passage. La croix nous plante et paradoxalement nous n’y sommes pas plantés. L’espérance est là, et la confiance, et la perspective de la Vie. Avec nos pardons, notre unité n’a-t-elle pas été renforcée ?

La croix ouvre un chemin.

La violence y reste accrochée, et la haine, et le péché, et la mort.

Mais l’homme en reviendra. Transformé. Transfiguré. Illuminé.

« Qui cherchez vous ? »

Qui es-tu venu chercher aujourd’hui ?

Celui qui par sa mort veut nous donner sa vie.

Sa mort est le passage.

Mystérieux silence, plongeon dans les abysses. Il faut le laisser faire. L’innocent bafoué. Le roi désavoué. Le Dieu écartelé. Le Verbe muselé. L’Homme abandonné.

Il faut le laisser faire et vivre sa descente. En la terre et en nous. En notre humanité. En ce monde assoiffé.

Maintenant c’est la nuit, l’heure de l’obscurité. Celui qui était la Lumière a rejoint nos ténèbres…

… nos esprits peuvent être sidérés, nos cœurs, eux, trouvent la paix…

« Qui cherchez-vous ? »

Mais c’est lui qui vient nous chercher.

Maintenant c’est la nuit, il faut le laisser faire.

Silencieusement.

Demain, peut-être, la Lumière brillera et changera le monde.

P. Benoît Lecomte

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche