Ressuscité(e)s et transfiguré(e)s avec le Christ.

Visitation sur Boëme

Publié le 18 avril 2022

HOMELIE DE PAQUES 2022

« Le Christ est ressuscité. Oui. Il est vraiment ressuscité. Alléluia ! »

La veillée pascale éclairée par la lumière du cierge pascale nous a fait entrer dans le mystère du Christ ressuscité. L’évangéliste Luc mettait l’accent sur le message porté par deux hommes mystérieux qui disaient que le crucifié est ressuscité, et sur le témoignage de quelques femmes venues embaumer le corps de Jésus. A l’aurore de ce jour, c’est le tour de l’évangéliste Jean de nous donner sa version des faits.

En effet, au petit matin de pâques, Marie Madeleine seule, se rend au tombeau et découvre à sa grande surprise le tombeau vide. Saint Jean note au passage que c’était encore les ténèbres. Il faut voir ces ténèbres sur le plan physique, mais aussi sur le plan spirituel. Le texte de la genèse raconte qu’à la création du monde, les ténèbres recouvraient la terre. Saint Jean veut ainsi nous faire comprendre que la résurrection du Christ est un nouveau commencement. Car le Christ est venu faire toute chose nouvelle. Ces ténèbres sont aussi dans le cœur de Marie Madeleine et de ces deux apôtres qui courent vérifier par eux-mêmes la nouvelle du tombeau vide. C’est à l’intérieur de ce tombeau vide qu’ils découvrent des signes de la résurrection.

La vérité de la résurrection commence par l’élément de ces linges laissés en ordre. Si on avait volé le corps de Jésus, comme certains ont voulu faire croire, les choses seraient tout à fait différentes. Comme Dieu a créé un monde ordonné et beau, cet ordre se retrouve dans le tombeau vide. Cela nous invite à savoir faire de l’ordre dans notre vie. Notre monde souffre de ce manque d’ordre où les pseudos valeurs ont remplacé les vraies valeurs.

Par ailleurs, c’est à l’intérieur de ce tombeau que Saint Jean nous dit : « Il vit et il crut ». Il est l’apôtre que Jésus aimait. Il perçoit la résurrection à travers les signes. Amoureux du Christ, Il a compris le langage de celui qui l’aime, puisque les vrais complices ont leur langage et leur code. Saint Jean voit la résurrection du Christ avec les yeux de l’amour et de la foi. Si le Christ a donné sa vie par amour pour nous, c’est par l’amour que nous pouvons avoir accès à la vérité de sa résurrection. L’amour cherche sans cesse le bien-aimé ; d’où la présence de Marie Madeleine près du tombeau, elle qui avait tant reçue de Jésus.

Cette foi s’appuie aussi sur les Ecritures. Nous comprenons pourquoi Saint Jean nous ramène aux Ecritures : « Selon les Ecritures, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts ». C’est aussi en partant des Ecritures dans les Actes des Apôtres, que Saint Pierre, mû par l’Esprit Saint, va expliquer à ses auditeurs qui est Jésus, et proclamer sa résurrection. Jésus en outre ouvrira lui aussi les deux disciples d’Emmaüs à l’intelligence des Ecritures.

Il y a un élément fort à tenir en compte pour témoigner de la résurrection du Christ : C’est l’expérience. Nous voyons Saint Pierre insister sur l’expérience qu’il a eu avec le Christ ressuscité. Ainsi, nous devons dépasser la simple foi pour faire l’expérience de Dieu dans nos vies. Nous sommes parfois très cérébraux. Dieu a besoin des personnes qui expérimentent sa présence dans leur vie. L’Esprit Saint est donné à toute personne, afin que chacun puisse vivre cette expérience de la résurrection dans sa propre vie.

  Que cette autre fête de pâques nous donne de rencontrer véritablement le ressuscité dans le quotidien de nos vies. A chacune de nos eucharisties et dans chacune de nos rencontres, nous célébrons la Pâques du Seigneur. Vivons pleinement ces rencontres en personnes transfigurées par le Christ ressuscité. Amen.

Jacques Emmanuel Ndong.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche