Homélie du 1er janvier 2021à la couronne

Visitation sur Boëme

Publié le 1 janvier 2021

En priant la vierge Marie, nous disons quelquefois sans trop y penser : « Vierge Marie, mère de Dieu ». Nous soutenons ainsi que Marie a donné naissance à Dieu et c’est une affirmation grave qui n’a pas manqué de susciter de grandes controverses dans l’histoire. Les gens se posaient des questions comme celle-ci : Marie a-t-elle donné naissance à Dieu ou à un enfant qui portait Dieu en lui ? C’est le concile  d’Éphèse en 431 qui mit fin à ces débats et qui donna à la vierge Marie le titre de mère de Dieu, en grec Théotokos. En 1932, le pape Pie XI institua d’abord la fête de Marie mère de Dieu le 11 octobre. Puis, la solennité de Marie mère de Dieu le 1er janvier a remplacé la cérémonie de la circoncision de Jésus au huitième jour selon la tradition juive. En vénérant ainsi la vierge Marie aujourd’hui, nous continuons à célébrer le mystère de l’incarnation de Dieu ; un privilège qu’elle reçoit de son oui au Seigneur. Nous continuons à regarder vers la crèche en ce jour qui clôture l’octave de Noël.

Par ailleurs, tout en pensant à elle en ce premier jour de l’an, l’Eglise a voulu que nous puissions prier pour la paix dans le monde, journée instituée par le pape Paul VI en 1968. Aussi, le pape François a décrété cette année consacrée à saint Joseph, époux de Marie. Tous ces éléments viennent enrichir notre méditation de ce jour. Nous avons d’abord à nous tourner vers Marie pour l’honorer dans ce titre de mère de Dieu et, par conséquent, mère de l’Eglise. Evidemment, comme mère de Dieu, nous savons que Dieu ne peut rien lui refuser. D’où sa puissante intercession auprès de Dieu. Nous devons avoir toujours conscience que notre mère du ciel nous remplit de son amour. Elle veille sur nous et nous accompagne de sa prière, maintenant et à l’heure de notre mort. Un clin d’œil aussi à la valeur de maternité physique et spirituelle qui interpellent ceux et celles qui n’y voient plus d’intérêt.

Ensuite, l’occasion nous est donnée de prier pour la paix dans le monde. Le lien avec Marie est qu’elle a enfanté le prince de la paix. Cette paix se construit d’abord dans les cœurs. Saint Séraphin de Sarov disait : “Acquiers la paix intérieure et des milliers autour de toi seront sauvés“. Le Christ lui-même, sachant combien la paix est très chère, nous a dit : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ». (Jn 14,27) Nous devons être davantage ces artisans de paix pour être appelés Fils de Dieu. Si le pape Paul VI disait que le développement est le nouveau nom de la paix en faisant un rapport avec le progrès, les papes qui l’ont suivi, ont non seulement invité à prier pour la paix dans le monde, mais aussi à œuvrer pour la paix à travers la justice et le pardon. Avec le pape François, cette paix passe par une fraternité bien comprise et assumée, ainsi que la paix avec toute la création qui est notre maison commune.

Enfin, depuis le 8 décembre dernier, l’année 2021 a été dédiée spécialement à saint Joseph, patron de l’Eglise universelle. Ceux qui suivent un peu la pensée du Pape peuvent se rendre compte que l’Eglise nous propose des modèles de sainteté qui tendent vers la sobriété. Après Saint François d’Assise, le pape François nous invite à trouver en saint Joseph des vertus qui nous aideront à construire notre vie chrétienne sur du solide. Encore une fois de plus nous regardons Saint Joseph dans la crèche. Il nous inspire la paternité, l’amour, le sacrifice, la protection, la discrétion, la simplicité, le travail et la foi.

Tout au long de cette année, nous allons méditer sur chacune des vertus de Joseph en demandant son intercession pour notre monde. Le discours du président Emmanuel Macron hier soir nous a prévenu que les premiers mois de cette année seront encore difficiles, à cause de cette pandémie. Que saint Joseph, le protecteur de l’Eglise, le tendre père, le protecteur des familles, la terreur des démons, nous accompagne dans toutes nos épreuves. Avec Marie son épouse bien aimée et Jésus le divin enfant, qu’il nous aide à affronter cette nouvelle année avec beaucoup de foi, d’espérance et de courage. Que la paix de Dieu s’affermisse dans les cœurs, pour un monde plus beau, pour un monde d’amour, pour que viennent des jours de justice et de paix. Que Dieu nous bénisse par son Fils né de la vierge Marie. Amen. 

Jacques Emmanuel.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche