Homélie du 6 février 2022, par le P. Benoît Lecomte

Barbezieux - Baignes - Barret

Publié le 6 février 2022

Au cours de la messe, étaient célébrés le baptême de Manao et le sacrement des malades pour 7 personnes

            Nous n’allons pas beaucoup parler ce matin. Nous allons laisser parler la Parole de Dieu et les signes qui vont se déployer dans quelques instants.

La Parole de Dieu nous dit la confiance que Dieu accorde à chacun, et le choix que Dieu porte dans l’appel de ceux qui y sont le moins préparés.

Il appelle Isaïe, un homme aux lèvres impures qui habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures, à devenir prophète. « J’entendis alors la voix du Seigneur qui disait : ‘Qui enverrai-je ? qui sera notre messager ? »

Il appelle Saul à devenir Paul, lui « l’avorton », « le plus petit des Apôtres » qui ne se considère pas digne d’être appelé apôtre puisqu’il a persécuté l’Eglise de Dieu.

Il appelle Simon, le pêcheur de Galilée, pêcheur de poisson qui se reconnaît pécheur aux yeux du Seigneur : « Eloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. »

            Les signes qui vont se déployer sous nos yeux, ce sont les signes de cet appel que Dieu continue de lancer à chacun de nous et d’abord aux plus petits et aux plus fragiles. Le signe que Manao, du haut de ses 1 an, l’un des plus jeunes et des plus dépendants parmi nous, va vivre. En sa chair, il va être plongé dans l’événement de l’Evangile que nous avons reçu : « le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Ecritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Ecritures. » C’est aussi le signe que les personnes fatiguées, malades, éprouvées vont recevoir dans cette onction de la tendresse divine par l’imposition des mains et l’huile des malades.

Oui, Dieu continue encore et encore, inlassablement, de nous appeler à sa suite et à la confiance et à la vie. Non pas comme un DRH qui recherche les meilleurs et les plus forts, mais comme le Dieu d’amour qui vient lui-même nous donner toute sa confiance et nous relever, nous faire vivre non par nos propres forces, mais par sa grâce. Comme le dit Paul pour lui-même et que nous pouvons tous reprendre à notre compte : « Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile… ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi. »

Manao, vous tous qui allez recevoir l’onction des malades, et nous tous : Christ nous fait confiance, il nous appelle, sans jamais désespérer de nous ni d’aucun homme. Avec ceux qui nous ont précédés, n’ayons pas peur de répondre : « Me voici, envoie-moi », et de laisser tout pour le suivre pour partager la merveille que nous avons reçue. Dieu nous appelle à cesser de nous plaindre et de nous lamenter sur nous-mêmes et sur le monde, et à découvrir ou redécouvrir la beauté de tout Homme, à commencer par la nôtre propre. Dans l’amour et la confiance infinis qu’il nous porte.

Amen.

P. Benoît Lecomte

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact

Paroisse Barbezieux-Baignes-Barret
20 Rue Thomas Veillon, 16300 Barbezieux-Saint-Hilaire
05 45 78 01 27
paroisse.barbezieux@dio16.fr

Je recherche