Retour sur la messe d’Action de Grâce des Sœurs de Genac

Saint Amant - Gond - Champniers

Publié le 12 octobre 2021

Il était une Foi…..il était une fois….

Dimanche 10 octobre 2021, nous avions donné rendez-vous au soleil pour célébrer nos deux sœurs de Genac.

Un  petit peu d’histoire

            C’est en 1947 que commence l’histoire avec  le Père René Violleau  Vendéen , Missionnaire de Sainte Thérèse . Il  est nommé curé de Bassac. Avec sœur Elie oblate de Sainte Thérèse et un petit groupe, ils redonnent vie à l’école catholique. Les locaux devenant rapidement trop petits, le directeur de l’enseignement catholique leur propose d’aller à Genac.

En 1951 s’ouvre l’Ecole Sainte Thérèse avec 25 filles pensionnaires venues de Bassac, et en 1952 l’école Sainte Joseph pour les garçons. Les parents sont attirés par le climat d’ouverture et l’ambiance familiale. Certaines assistantes sociales, sensibles à l’esprit de l’école orientent vers elles, des enfants de familles en difficulté. C’est ainsi que rapidement l’école accueillera plusieurs centaines d’enfants dont 120 pensionnaires- elle deviendra : l’Ecole Missionnaire  de Genac. Une colonie de vacances, verra le jour près de Rochefort , à Candé ,pour accueillir les enfants ne pouvant retourner en famille pendant les vacances.  En 1972, près de la colonie, s’ouvrira aussi une maison d’accueil pour personnes âgées. Cette maison existe toujours et est devenue un EHPAD.

            En 1955, les sœurs Oblates sont appelées à une autre mission, mais Mgr Megnin demande à sœur Elie de rester pour continuer l’œuvre. Quelques jeunes filles déjà engagées dans l’œuvre, groupées autour de sœur Elie seront à l’origine de la communauté des sœurs de Genac.

Mgr Rol les érigera en 1984 en : Fraternité des petites servantes de l’Amour Miséricordieux..

            1982-1988 : Accueil de jeunes immigrés (Hmongs) fuyants le Laos où ils sont persécutés.

            1995 aménagement de l’Olivier (anciennement Ecole Saint Joseph) pour recevoir les pensionnaires de l’école Hôtelière de l’Amandier.

            1997  extension des bâtiments de l’Oasis pour l’accueil des prêtres âgés à la demande du Père Dagens. La communauté aura toujours à cœur d’accompagner  nos frères prêtres jusqu’à la fin . Environ une trentaine  sont venus partager  la vie de la communauté, dont certains pour de courts séjours (vacances, convalescences….)  le 1er  fut le Père Payrazat et le dernier accueilli est le Père Roche qui continue sa mission au Village Saint Joseph.

            En septembre 2019, à la demande du Père Gosselin, les sœurs quittent l’Oasis et laissent leur place  au  Village Saint Joseph , continuant ainsi l’œuvre d’accueil  des plus démunis.

Elles  s’installent à l’Olivier où  pendant ces 2 années elles gardent  leur porte ouverte à tous ceux et celles qui ont envie de partager un moment fraternel..

Une journée magnifique

            L’église bondée, la présence de nombreux anciens élèves- des  habitants de Genac et alentours –des paroissiens …..montrent le rayonnement que cette petite communauté a eu à travers toutes ces années de présence.

            Après la cérémonie religieuse, nous nous sommes retrouvés à la salle de fêtes de Genac-Bignac  pour un verre de l’amitié, préparé , par la Mairie, la Paroisse et des amis…témoignant ainsi du lien qui existe entre nous tous ….ce lien tissé au long du temps.

            Deux moments très émouvants ont marqué cette magnifique journée :

            La remise, par le Père Gosselin, notre Evêque de la Médaille du mérite Diocésain à chacune des sœurs , au cours de la messe d’action de grâce.

Et la présence de nombreux anciens élèves immortalisé par une belle photo de groupe.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Une réponse sur « Retour sur la messe d’Action de Grâce des Sœurs de Genac »

durrieu dit :

enfant j’ai bien entendu parler du Père VIOLEAU, ma soeur allait à son école, et vraiment quel bel enseignement.Sur la fin de sa vie, il avait été interviewé par France 3 vers les années 1980, et france 3 avait édité une cassette, il regrettait le temps d’avant où tout était peut- être difficile mais la fois était làles fidèles l’école,il avait une très grande foi, il rayonnait, malgré sa douleur de Vatican II qui mit la religion en l’air et fit partir les fidèles. N’oublions pas ce Vatican II suivi de Mai 1968 qui vida complètement les Eglises, et les prêtres défroquèrent..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche