Homélie du père Frédéric Vollaud : Dimanche de Pâques B

Saints Apôtres

Publié le 12 avril 2021

Quel enthousiasme, quelle joie d’annoncer le Ressuscité, la victoire de Dieu sur la mort, sa réponse de lumière au scandale de la croix !

Cette joie de Pierre, qui est lui-même passé de la nuit de la trahison à la lumière du pardon, cette joie d’annoncer le Ressuscité peut devenir la nôtre, pour dire à tous les désespérés, à tous les déçus de la vie, à tous les chercheurs de sens : La mort n’est pas une fatalité. Christ l’a vaincue pour nous. Et chacun est promis à connaître ce chemin de lumière et de vie qu’il nous ouvre à travers la mort pour toujours !

Avec Paul, nous nous rappelons que par le baptême, nous sommes morts au péché avec le Christ et déjà ressuscités avec lui pour une vie nouvelle. Mais il nous faut encore “devenir ce que nous sommes”, en recherchant les réalités d’en haut. Ce haut n’est pas géographique, mais théologique : c’est là où est le Christ, c’est là que se trouve ce que nous avons de plus précieux, le but de notre vie.

L’évangile de la résurrection a quelque chose de frais, d’amoureux : Marie-Madeleine se rend au tombeau, de grand matin, avec l’empressement de l’amour ! Mais la pierre a été enlevée, elle s’affole et court encore prévenir Pierre et Jean : On a enlevé le Seigneur ! C’est un cri d’amour !

Les deux disciples courent eux aussi. Voyez leur attachement au Christ, même mort ! Jean laisse entrer Pierre qui regarde, mais ne comprend pas encore. L’autre disciple entre et voit.  Il voit le linceul resté là. Ce fait est pour lui un signe : Il voit avec les yeux du cœur, et il croit. Jésus est ressuscité ! Pierre a regardé sans voir. Pourquoi Jean, lui, a-t-il vu ?

C’était le disciple que Jésus aimait. L’amour lui a fait voir un signe que seul le cœur attentif sait interpréter, et transformer en foi.

Pierre c’est le primat de l’autorité et Jean celui de l’amour. L’amour court plus vite, voit clair le premier, mais laisse à l’autorité le droit d’entrer la première. L’autorité est première dans la structure, mais l’amour est premier dans la foi : il court plus vite, il voit, il croit.

Oui, que l’amour nous fasse courir, voir et croire. Que notre cœur aimant se laisse inonder de la joie de croire que le Christ est ressuscité !

Amen ! Alléluia !

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche