Homélie du père Patrice Zoma – Dimanche 31 Janvier 2021

Saint Cybard sur Charente et Nouère

Publié le 1 février 2021

En ce quatrième dimanche du temps de l’Eglise, nous avons tous et chacun répondu à l’appel de notre Père. Merci de  prendre de votre temps si précieux pour être là. Il nous donne sa parole qui nous apprend à vivre en dignes et heureux enfants du même Père. Il nous nourrit du pain réconfortant du ciel. Avant tout, Il nous invite à tourner nos cœurs vers sa parole qui nous touche à plus d’un titre. Elle est : Parole vivante- Parole libératrice-Parole Restauratrice.

1-Parole Vivante

Les humains que nous sommes, ont besoins de signes, langage communicatif, de paroles pour vivre heureux, pour se sentir aimé, pour partager leurs sentiments… Dans la première lecture, le passage du livre du deutéronome, le peuple d’Israël a éprouvé la nécessité vitale de communiquer avec Yahvé son Dieu par un intermédiaire, un homme, prophète. Ce dernier recevrait les paroles de leur Dieu Yahvé pour les lui transmettre dans un langage humain accessible, compréhensif et compréhensible à tous. Yahvé Dieu accède à sa requête en choisissant parmi le peuple celui ou ceux qu’il voudrait pour cette mission de porteur sa parole. C’est la mission de prophète. La parole transmise et reçue est source de vie aussi bien pour le peuple que le messager. Cette parole peut avoir différentes résonnances dans les vies ou les cœurs selon les dispositions de chaque personne. C’est ainsi que l’évangéliste nous souligne que le Christ a enseigné dans la synagogue et l’auditoire trouve que c’est « avec autorité ». Un des passages de la première lecture qui ne semble pas tendre dans ce même sens est celle de Yahvé Dieu lui-même : « Je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. Si quelqu’un n’écoute pas les paroles que ce prophète prononcera en mon nom, moi-même je lui en demanderai compte ». Dans la seconde lecture l’apôtre Paul a jadis exhorté les corinthiens comme nous aujourd’hui à savoir opérer le choix existentiel à plaire au Seigneur dans notre état de vie en vivant de sa parole. Cette Parole qui n’est rien d’autre que source de vie qui libère de tout ce qui compromet vie.

2-Parole libératrice

Dans le passage de l’évangile de ce dimanche, la Parole de Dieu est aperçue comme libératrice en deux temps. D’une part, les auditeurs sont libérés de l’habitude ennuyeuse et monotone de l’enseignement des scribes qui se contentent de livrer des enseignements livresques de la Torah ainsi que du décalogue. D’autre part un homme tourmenté par un esprit impur est libéré grâce à l’enseignement nouveau du Christ Jésus donné avec autorité. « Tais-toi, sors de cet homme » dit le Christ. Puis, après qu’il ait mis l’homme en convulsions, l’esprit mauvais sortit de celui-ci. La Parole de Dieu libère de tout ce qui aliène l’homme, de tout ce qui le rend esclave d’une certaine manière. Cette même parole restaure la vie humaine de celui bien sûr qui l’accueille et en vit.

3-Parole restauratrice

La Parole de Dieu est vivante, active en la Personne de Jésus Christ. Elle restitue à l’homme ce que le Malin a détruit ou volé, elle restaure et fait de l’homme une créature nouvelle bien-aimée de Dieu dans sa dignité humano-divine. Mais à quelles conditions ?

D’abord que l’homme dans une adhésion libre, croit et accueille la Parole, ensuite qu’il n’y ait pas en l’homme une complicité avec le mal source de souffrance (autrement dit que l’homme ait la volonté libre de rompre avec la souffrance). Pour y arriver l’homme est appelé à éviter tout flot de paroles oiseuses étourdissantes qui l’empêche d’accueillir dans le silence cette Parole. « Le bien ne fait pas de bruit et le bruit ne fait pas de bien non plus ». L’esprit mauvais à la proclamation de la Parole par le Christ se met à vociférer : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : Tu es le Saint de Dieu ». Un bruit de tapage qui n’est nullement une proclamation de foi, mais plutôt pour empêcher un accueil et une adhésion intérieure à la parole qui libère et restaure.

Dans le monde actuel tant d’hommes et de femmes aspirent à la vie en plénitude : Bonheur paisible, libérés de toutes inquiétudes, peur… La Parole de Dieu en est un repère sûr et inamovible. Nous pouvons, en ce dimanche à l’écoute de la parole du Seigneur, demander la grâce de savoir prendre le temps de la lire, l’écouter, la méditer, laisser cette Parole faire écho en nous, produire tous ses fruits de libération, de guérison, de restauration en nous et dans nos vies. Amen.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche