Homélie du père Frédéric Vollaud – Dimanche de la Parole de Dieu

Saints Apôtres

Publié le 26 janvier 2021

 « Venez ! »

C’est cette parole qui a mis les apôtres en route, à la suite de Jésus.

Et vous avez vu comment elle est efficace !

« Aussitôt, laissant là leurs filets ils le suivirent »…

Les filets qu’ils acceptent de laisser, c’est ce qui faisait toute leur vie, la fierté de leur métier, le moyen de faire vivre leur famille, de tenir leur place dans la société…En même temps c’est aussi ce qui aurait pu entraver leurs pas, les retenir et les empêcher de répondre à l’appel de Jésus !

On a pourtant l’impression qu’ils n’hésitent pas une seconde à tout laisser, pour suivre Jésus sans même savoir où il va les emmener, sachant simplement qu’il fera d’eux des « pécheurs d’hommes »…

Il y a une part de folie, et de folie amoureuse, dans cette réponse !

Chaque jour, à chaque instant, Jésus appelle : « Venez ! »

Pour le rejoindre dans la prière, à la messe du dimanche, dans le service de nos frères, nous avons nous aussi des filets à déposer, pour le suivre là où lui, veut nous conduire : filets remplis de tout ce qui fait notre vie quotidienne, de tout ce qui nous passionne, nous fait vivre, nous intéresse… Et ce filet est parfois si rempli qu’il nous freine dans notre marche vers Jésus… On est tellement habitués à se laisser prendre tout entier par notre métier, notre vie de famille, nos amis, nos passions… qu’on ne sait plus comment lâcher le filet… qu’on n’ose même pas imaginer que Jésus puisse nous demander de laisser tout cela  pour le suivre, lui !

Et quand les circonstances de la vie nous imposent parfois douloureusement de délester le filet… on le fait alors à contre cœur, bien obligés…mais cela n’est pas source de joie !

L’appel de Jésus à le suivre ne fait pas toujours naître d’abord la joie… Cela commence parfois par la crainte, cela passe aussi par l’épreuve du doute… mais cela débouche TOUJOURS sur la joie !

On peut traîner les pieds pour donner du temps à la prière, pour être là le dimanche au rendez-vous de la messe, pour renoncer à sa tranquillité et se mettre au service ou à l’écoute des autres… Arrive toujours le moment où j’en sors plus heureux que si je ne l’avais pas fait !

Oui, lorsque je laisse un instant le filet de ma vie pour répondre  à Jésus qui m’appelle, j’y trouve une joie profonde et vraie.

« Ce monde tel que nous le voyons est en train de passer »…

C’est peut-être un appel à ne pas trop nous attacher à ce qui ne dure pas et à découvrir ce qui ne passe pas : la vie de Dieu, la vie éternelle ;  à nous rendre disponibles pour AIMER, car l’amour, lui, ne passera pas !

Par le baptême, nous appartenons déjà au monde de Dieu qui ne passe pas… A cause de la Résurrection de Jésus, le monde nouveau est déjà là… mais pour y entrer tout entier, nous savons qu’il faut emprunter le même chemin que lui : passer par la porte étroite du don de soi… et déposer le filet !

Que l’amour de Jésus qui se donne à nous tout entier en chaque communion nous attire à lui pour le suivre jusque là.  “Venez !… Aussitôt, laissant là leurs filets, ils le suivirent”.

Amen.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Je recherche