Agnès et Dominique Ballu, agriculteurs du Sud Charente, à l’Assemblée Plénière des évêques de France.

ActualitésÉvêqueMission et SolidaritésMission rurale

Publié le 7 novembre 2020

Agnès et Dominique Ballu sont agriculteurs à Brossac et membres de l’équipe de la Mission Rurale en Charente. A la demande de Mgr Gosselin, ils ont participé à l’Assemblée Plénière des évêques de France sur le temps de travail au sujet de l’écologie intégrale.

Cette année le thème retenu par les évêques de France était :

Agnès Ballu

Cultiver la terre et se nourrir

Nous devions nous retrouver à Lourdes les 3 et 4 novembre, mais la Covid 19 nous a confinés devant notre ordinateur ! Grâce aux prouesses de la technique, nous nous sommes retrouvés plus de 300 connectés à écouter les différents intervenants. Entre chaque intervention nous étions dispatchés à 6 ou 7 dans des ‘’salles’’ virtuelles où nous avons pu échanger sur ce que nous avions entendu.

De ces échanges sont sortis des mots ‘’clés’’ qui rassemblent les idées les plus souvent évoquées. Espérance , Partage, Lien, Ecoute, Transmission, Communication, Formation, Rencontre, Echange, Décloisonnement……et beaucoup d’autres encore que nous retrouverons dans le rapport officiel.

Le premier intervenant, Mr Régis Dubourg (directeur de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture) nous brosse un tableau exhaustif de l’Etat de l’agriculture dans le monde : l’agriculture représente 40% de la population active du monde ,soit 1 330 millions de personnes et seuls 30 millions cultivent avec des moyens modernes. Il y a encore beaucoup de terres disponibles à cultiver mais ‘’les famines, d’aujourd’hui sont dépendantes des politiques économiques et sociales ‘’.

Le deuxième intervenant est un jeune agriculteur du Loiret : Aurélien Gonthier qui pratique l’agroécologie et explore des voies nouvelles : Il faut d’abord nourrir le sol puis se nourrir, si on nourrit correctement le sol en amont, on a plus besoin d’engrais derrière. Aurélien nous parle aussi de sa solitude, il ne se sent pas ‘’accompagné’’ par les organisations professionnelles.

Le troisième intervenant était Madame Christiane Lambert, présidente de la FNSEA ( Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) . Madame Lambert nous a partagé son attachement à son métier d’agricultrice et son approche de l’encyclique du pape François Laudato si .’’ Il faut replacer l’homme devant ses responsabilités.’’

Dominique Potier, agriculteur en bio et député en Meurthe et Moselle (entre autres) et auteur du livre : La terre en commun : Plaidoyer pour une justice foncière.

nous livre sa profession de Foi : ‘’partout où l’on partage la terre il y a de la démocratie’’ il faut sauver la terre et redevenir des PARTAGEUX.

Il faut : partager la terre en instituant un nouvelle politique de régulation foncière

Inventer des règles de régularisation commerciale entre les pays et échanger juste ce qu’il faut.

Construire les prix sur la base de l’économie sociale

Favoriser la coopération ville/campagne

Le lendemain le père François Euvé nous plonge dans un approche spirituelle de la Création en partant du livre de la Genèse le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Eden pour qu’il le travaille et le garde, pour arriver à la prophétie d’Isaïe (11 6-9) Le loup habitera avec l’agneau…le lion comme le bœuf mangera du fourrage….la relation entre l’homme et l’animal est rétablie. La communion des Saints est élargie à tout l’ensemble de la nature.

Et le père François conclura : ‘’que nos luttes et nos préoccupations pour cette planète ne nous enlève pas la joie de l’espérance !’’

Bien sûr ce compte rendu est trop restreint par rapport à la richesse de ces quelques heures d’écoute et de rencontre. Pour ma part ce rendez-vous m’a donné faim, les rencontres virtuelles c’est mieux que rien mais c’est un peu frustrant ! On n’a pas le temps d’aller au fond des sujets mais c’est sans doute le but aussi pour nous inciter à continuer la réflexion.

D’ailleurs nous serons invités à poursuivre les 14 et 21 novembre dans des forums ouverts. Le but c’est bien d’aller vers des propositions et des actions concrètes qui pourraient se dérouler dans nos diocèses.

Agnès Ballu, le 5 novembre 2020

Pour découvrir ce qu’est la Mission Rurale, quelques participants nous en expliquent le but et leur travail.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF