“N’ayez pas peur”

Saint-Pierre de Segonzac

DIMANCHE 9 AOUT 2020, année A
19° dimanche du Temps Ordinaire
St.Matthieu 14, 22-23 et 1 R 19,9. 11-13a

À l’écoute du saint Pape Jean-Paul II


« Frères et sœurs… n’ayez pas peur d’accueillir le Christ et d’accepter son pourvoir… N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! A sa puissance salvatrice ouvrez les frontières des États, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement. N’ayez pas peur ! Le Christ sait « ce qu’il y a dans l’homme »
 ! Et lui seul le sait !
Aujourd’hui, si souvent l’homme ignore ce qu’il porte au-dedans de lui, dans les profondeurs de son esprit et de son cœur. Si souvent il est incertain du sens de sa vie sur cette terre. Il est envahi par le doute qui se transforme en désespoir. Permettez donc – je vous prie, je vous implore avec humilité et confiance – permettez au Christ de parler à l’homme. Lui seul a les paroles de la vie, oui, de vie éternelle ! »

Nous nous souvenons du visage de ce Pape qui vient d’être donné à l’Église, Jean Paul II qui au cours de l’homélie de la messe solennelle d’intronisation le 22 octobre 1978, adressait au monde ce message d’audace, de confiance, d’espérance, de foi, et d’amour.

Dire non à la peur en réponse à la Parole de Jésus « confiance, c’est moi ! »

L’évangile de ce dimanche nous met en présence des apôtres qui ont peur en voyant Jésus marcher sur les eaux et qu’ils prennent pour un fantôme !
Que de fois nous avons peur : peur sans audace, une peur liée à des expériences de vie douloureuses, peur de l’échec, peur du regard des autres, peur de perdre son emploi, ou peur de ne pas trouver de travail, peur de la maladie, peur de la solitude… tant et tant de peurs qui nous ligotent et nous empêchent d’avancer au large avec audace et confiance…

Qui pourra nous libérer de toutes ces peurs et de celles que nous connaissons au fond de notre cœur ? 

Dans ces peurs pouvons-nous trouver Dieu ? Ne le cherchons-nous pas dans l’ouragan alors qu’Il se manifeste dans le murmure d’une brise légère, selon la première lecture de la messe de ce dimanche dans le 1° Livre des Rois 19, 9a-11-13a ? 
Cherchons Dieu dans le murmure de la brise légère, c’est à dire dans la simplicité, dans la persévérance, dans l’humilité….

Dans un très beau petit livre, intitulé « vaincre ses peurs et oser l’avenir », le Père Joël Pralong nous invite à rejoindre la petite Sainte Thérèse dans ses combats par sept chemins de « transfiguration » qui conduisent à sept événements importants de la vie de notre petite sœur Thérèse. Voici, rapidement ces sept chemins : le sourire de Marie et la guérison de Thérèse, sa première communion, sa prière aux saints du Ciel, la grâce de sa conversion à Noël 1886, sa relation à Dieu le Père, son abandon à la force de l’Esprit Saint, son offrande à l’Amour miséricordieux de Dieu et sa découverte de sa petite voie de l’enfance spirituelle. 

Quelle grâce, quel expression de l’amour de Dieu pour nous !

Au jour où je vous partage cette méditation, nous montons sur le Mont de la Transfiguration, puisque nous sommes le 6 août. La mémoire de mon cœur est encore attachée à ce Mont sur lequel j’ai pu contempler la Terre promise, et où j’ai prié en silence un long moment après une montée, à pied, en pèlerin de l’espérance. Les bougainvilliers étaient en fleurs, le silence était accompagné du chant des oiseaux nichés dans de grands arbres ; Une présence invisible m’enveloppait : quelle douceur ! Je me souviens avoir pris ma bible pour lire le récit de la Transfiguration… Puis je suis redescendu dans la vallée de la vie quotidienne, avec la lumière de la présence du Seigneur. A moi, désormais d’être un disciple-missionnaire capable de rayonner le visage de Celui qui est Lumière du Monde, Jésus transfiguré.

Pour continuer la route…

«  Si un jour, nous sommes aux prises avec des tentations inévitables, souvenons-nous que Jésus nous a obligé à nous embarquer et qu’Il veut que nous le précédions sur le rivage d’en face. Car il est impossible, pour qui n’a pas supporté l’épreuve des vagues et du vent contraire, de parvenir au rivage d’en face. Puis quand nous nous verrons entourés par des difficultés nombreuses et pénibles, fatigués de naviguer au milieu d’elles avec la pauvreté de nos moyens, pensons que notre barque est alors au milieu de la mer, secouée par les vagues qui voudraient nous voir faire naufrage dans la foi…. » Origène, sermon sur St.Matthieu 11,6)

A l’écoute du poète P. Claudel dans son commentaire « Psaumes » : « la terre est sans dessus dessous, la mer invente des montagnes. Dieu est mon refuge, il y a une voix dans mon cœur qui me dit : ça ne fait rien !
La mer bat du tambour, les montagnes se cognent l’une à l’autre. La violence de ce courant sur elle égaie la cité de Dieu. Le Très -Haut a sanctifié son tabernacle. 
Dieu est au milieu d’elle pour ne pas en bouger. Il est là qui étend sa main sur elle au point du jour. 
Nations sans dessus dessous, royaumes qui donnent de la bande, c’est LUI, cette voix, la terre a peur. »

Du chant de la brise légère jaillit cette mélodie, ce cantique d’amour que nous faisons nôtre :

Écoute la voix du Seigneur, 
Prête l’oreille de ton cœur :
tu comprendras que Dieu fait grâce
tu entendras l’Esprit d’audace, 
Toi qui aimes la vie, 
ô toi qui veux le bonheur, 
réponds en fidèle ouvrier
de sa très douce volonté, 
réponds en fidèle ouvrier
de sa justice et de sa paix. »


Marchons avec confiance vers la fête de la Vierge Marie, le 15 août, et avec Sainte Thérèse rappelons-nous toujours que « il n’y a que la confiance, rien que la confiance qui peut nous conduire à l’AMOUR ! »

En fraternelle communion , 
Frére Henri, missionnaire de Sainte Thérèse
Curé de Segonzac

Contact

Paroisse de Saint Pierre de Segonzac
1 Rue Jean d'Hermy, 16130 Segonzac
05 45 83 40 07
paroisse.segonzac@orange.fr

Votre don dès maintenant pour la collecte du denier !