11 novembre 2020

Saint-Pierre de Segonzac

Publié le 11 novembre 2020

            En ce jour du 11 novembre, nous commémorons l’Armistice de 1918 , Le 11 novembre 1918 à 5H15 marque la fin des combats de la Première Guerre Mondiale 1914-1918, la victoire des alliés et la défaite totale de l’Allemagne (mais il ne s’agit pas d’une capitulation au sens propre). Le cessez-le-feu est effectif à 11H00 entraînant dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons, et annonçant la fin d’une guerre qui a fait pour l’ensemble des belligérants plus de 18,6 millions de morts, d’invalides, et de mutilés donc 8 millions de civils.

Les Généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d’État-major du Maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard, le 28 juin 1919 à Versailles, est signé le traité de paix qui met réellement fin à l’état de guerre.

            Souvenons-nous de cette parole de Georges Clémenceau au soir du 11 novembre : « nous avons gagné la guerre et non sans peine, maintenant il va falloir gagner la paix et ce sera peut-être encore plus difficile. »

            En octobre 1965, de passage à New-York, le Pape Paul VI du haut de la tribune de l’O.N.U. lance un vibrant appel à la paix : « l’humanité devra mettre fin à la guerre ou c’est la guerre qui mettra fin à l’humanité …. Jamais plus la guerre, jamais plus la guerre ! »  Ce cri est lancé au monde entier alors que la guerre au Vietnam s’amplifie et que l’Inde et le Pakistan viennent de conclure un armistice après un conflit d’un mois faisant plus de 10000 morts.

            Pourquoi tous ces rappels en ce 11 novembre 2020?

            Un devoir de mémoire nous est demandé, non pour être juges et nostalgiques du passé, mais pour nous aider à regarder la réalité d’aujourd’hui dans le monde. Entre 2000 et 2020 plus de 2 millions de morts pour 24 conflits au Tchad, au Liban, Israël, Mali, Niger, Côte d’Ivoire, Libye, République Dominicaine du Congo, République Centre Afrique, en Iran, Irak et Palestine, Cambodge, Thaïlande pour ne citer que les foyers les plus meurtriers.

            Trop de morts souvent inutiles, trop de veuves en larmes, trop d’enfants orphelins de pères ou de mères, trop de blessés, d’amputés… trop de visages auxquels la guerre vole l’espérance, le sourire, la joie de vivre, la paix… OUI C’EN EST TROP ! (silence)

Mais que pouvons-nous faire ?

Développer dans nos familles, notre voisinage, nos lieux de travail et associatifs des initiatives concrètes exprimant notre engagement pour la paix : un bonjour, un merci, un excuse-moi, un je te demande pardon, un regard bienveillant, une main tendue, une visite, une réconciliation et tous les petits gestes capables de bâtir des ponts qui nous relient les uns aux autres en place des murs qui séparent, qui isolent, qui enferment.

Mais que devons-nous faire ?

Ici dans cette église, prier pour la paix qui est un don divin confié à notre liberté. Puis exercer, développer notre engagement auprès de nos enfants et de nos jeunes ; aidons-les à aller vers les autres, nourrissons leur intelligence par un travail de mémoire qui s’inscrit dans l’histoire et permet de prendre des chemins de paix, de fraternité, d’égalité dans le respect de la liberté de chacun et des autres.

• Nourrir aussi notre intelligence des réalités de la vie des pays où il y a encore des conflits.         L’information peut être un chemin de communion.

• Écouter le Pape François dans son message aux militaires réunis à Lourdes en 2017 : « En ces temps troublés, il est essentiel de se souvenir que la paix est un don que les hommes ne doivent jamais cesser de demander à Dieu Notre Père… Car Dieu répond toujours à cette prière de ses enfants, prière insistante, souvent angoissée. Mais Il y répond concrètement, en suscitant des artisans de paix, de fraternité, de solidarité. La paix est un don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes appelés à le réaliser. »

La Parole de Dieu choisie  pour ce jour nous fait rencontrer deux veuves en habits de générosité. La première, veuve de Sarepta donne sa farine pour nourrir le prophète Elie. Elle en sera récompensée  à vie !

La seconde, humble et peu fortunée donne le fruit de son travail avec deux piécettes déposées dans le Trésor du Temple. Elle en sera bénie de Dieu.

Que sommes-nous appelés à donner ?

• Notre amour en générosité de partage, de solidarité, d’accueil, de présence, de soutien, d’écoute, d’accompagnement, longue liste de petits gestes qui sont des colombes de la paix.

• Notre foi en Jésus qui se donne à nous à chaque eucharistie.

• Notre espérance si bien exprimée par le  poète Charles Péguy :

« Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance.

Et je n’en reviens pas.

Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout.

Cette petite fille espérance, immortelle. »

En ce jour, prenons le chemin de l’espérance :

• Il est une force qui rassemble au-delà des frontières.

• Il est un hymne qui unit au-delà des différences.

• Il est un souffle qui nous pousse au large vers les horizons de la paix, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

                                                           Amen !

en invitant les visiteurs du site à la prière pour la paix.

11 NOVEMBRE 2020

COMME UNE PRIERE !

Nous voici ce matin du 11 novembre d’aujourd’hui,

rassemblés en cette eucharistie

de prière pour la paix

et de commémoration ;

 dans un instant, réunis

autour du Monument aux Morts

fleuri de chrysanthèmes,

habillé de discours,

des souvenirs d’hier,

de la mémoire des héros de la paix

        qui ont connu la guerre !

Nous voici ce matin, en silence, une minute :

c’est si peu 60 secondes !

C’est trop peu

pour faire taire les armes,

écouter la symphonie du nouveau monde,

« Qui de nous trouvera un monde meilleur… ? »

C’est trop peu une minute

pour regarder la colombe

au rameau d’olivier

s’envoler,

 traverser les océans et les mers,

 renverser

les murs de la haine, de la vengeance,

et de la mort de tant d’innocents !

Nous voici ce matin,

nous qui n’avons pas connu la guerre,

unis aux héros de la paix,

encore vivants,

témoins de tant d’atrocités…

C’est trop peu 60 secondes

pour faire mémoire et regarder devant,

nos cœurs, nos mains, nos yeux,

 disponibles et ouverts     

 aux gestes fraternels de notre quotidien !

Nous voici ce matin au sortir de la messe

où la prière pour la paix

 a uni nos différences,

conjugué en communion nos diverses convictions,

lié nos efforts, notre espérance, notre foi

             en la construction audacieuse de ponts au lieu de murs,

d’espaces ouverts,  au-delà de toutes frontières !

« La paix, elle aura ton visage…

la paix sera toi, sera moi, sera nous,

et la paix sera chacun de nous. »

Nous voici, ce matin,

unis à la mémoire des noms

gravés en lettres de sang…

pour crier,

 avec le Prophète Amos :

«  Malheur à vous trafiquants d’armes !

Corbeaux des marchés noirs épais !

Malheur à vous marchands de larmes,

J’entends les galops de la PAIX ! »

et

« Heureux les artisans de Paix »

qui tissent de leurs doigts

des oriflammes d’espérance

capables de flotter au vent

de toutes les audaces

de liberté, d’égalité et de fraternité !

« Heureux les artisans de Paix »

qui unissent leurs cœurs

aux rencontres quotidiennes,

capables, de faire de tous,

des jardiniers de la joie d’aimer !

« Heureux les artisans de Paix »

qui, comme des enfants

reçoivent la confiance,

comme la nuit reçoit le jour,

comme l’ami reçoit la confidence !

« Heureux les artisans de Paix »

qui, dans leur prière

reçoivent l’amour

comme le sol reçoit la graine,

comme l’oiseau reçoit le grain

comme la soif reçoit l’eau de la fontaine !

En ce 11 novembre de chez nous,

de partout et d’ailleurs,

comme l’hiver

 reçoit la flamme du feu de nos cheminées,

comme la faim reçoit le pain du partage…

Que nos cœurs s’ouvrent

à l’infini et à l’éternelle PAIX

qui vient de DIEU.

Amen ! Fr. Revéreau, curé retraité de Segonzac et missionnaire de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face.

Partagez cette page à vos amis !




Télécharger au format PDF

Contact

Paroisse de Saint Pierre de Segonzac
1 Rue Jean d'Hermy, 16130 Segonzac
05 45 83 40 07
paroisse.segonzac@orange.fr